Au bout de l’effort , enfin le pôle nord

Que fut longue cette journée.

Parti pour être une journée courte, la dernière journée ne devait durer que quelques heures pour parcourir les 9km qui nous restaient à effectuer au réveil pour rejoindre le pôle nord géographique.

Dès le lever vers 6h30, un vent très fort secouait la tente et il fut très difficile de se préparer et ramasser ses affaires et la tente sans que rien ne s’envole . Je me couchais littéralement sur la tente, pendant que Eric enlevait les pics qui la  retenaient et tentait de la plier .

Nous primes le départ vers 9h15. Le vent de côté mais plutôt contre le sens de la marche. Tout le monde à sorti ses lunettes, mais dès que je les ai mises, de la buée se formait à cause de ma respiration entre mon masque en Néoprène qui recouvrait mon nez et le bas du visage et les lunettes. J’ai dû donc les enlever car je n’y voyais rien et suivre Eric la tête baissée, moins d’un mètre derrière son traîneau. Je suivais la marque que laissait son traîneau sur la glace, mais ne voyant pas très bien les reliefs du sol à cause du vent et de la neige balayée par le vent, j’ai glissé à plusieurs reprises. La fourrure autour de la capuche de la veste m’offrant quand même une bonne protection, mais une partie de mon visage restait en contact avec ce vent glacial qui venait de la droite. Après quelques heures je commençais à sentir une douleur brûlante sur la joue et j’ai compris en remarquant un début de gelure . J’ai essayé d’arranger la capuche en la tirant plus sur le côté mais rien à faire …

Après 3 heures d’effort , il fallait se réhydrater mais avec ce vent et cette neige qui balaye tout sur son passage , il fallait absolument trouver un abri pour s’arrêter et prendre de l’eau et des snacks de notre traîneau . Après une demi heure , devant l’absence de bloc de glace derrière lequel on pourrait se protéger; Eric nous a recommandé de mettre un traîneau sur l’autre et se protéger derrière le traîneau comme vous pouvez le voir sur certaines photos ci dessous . La neige remplissait nos sacs de nourriture et on mangeait autant de noix de cajou, d’amandes et de sellou que de neige . Très rapidement nous fûmes recouverts de neige et après avoir bien bu, nous avons décidé de repartir cette fois jusqu’à notre objectif inchallah, le pôle nord .

Grâce à dieu, nous fûmes dopés ces derniers km par l’objectif proche, tout en forcant le pas et en nous aidant de nos bâtons de ski, nous avons pu arriver vers 16h au pôle nord géographique. Le toit du globe terrestre. Les derniers mètres ont été faits un GPS à la main, à la recherche du point 90 degrés, 0. En y arrivant nous nous sommes félicités, j’ai remercié le bon Dieu de m’avoir protégé encore une fois et m’avoir donné le courage de continuer dans les moments durs de l’expédition et nous avons pris rapidement quelques photos. Nous nous nommes ensuite attelés à sortir très vite les tentes pour nous protéger du vent et nous réchauffer en attendant l’hélicoptère qui devait venir nous chercher le soir pour nous ramener au camp de base de Barneo.

Alors que les jours qui précédaient,  la météo fut clémente , ce dernier jour était là pour nous rappeler qu’il ne faut jamais baisser sa garde jusqu’à la fin d’une expedition. Quelque soit la distance restante à parcourir,  la Nature peut se déchaîner à n’importe quel moment et rendre le moindre déplacement périlleux, si ce n’est fatal. Total respect pour Mère Nature. Merci de nous avoir épargnés hier. Alhamdullah



Il n'y a aucun commentaire

Ajoutez le vôtre