Le mont McKinley, monstre de l’Alaska

IMG_1592

Culminant à 6 193 mètres, le mont McKinley est le plus haut sommet d’Amérique du nord. Il est moins haut que l’Aconcagua mais techniquement plus exigeant. Son sommet a été atteint pour la première fois en 1913, par les explorateurs Hudson Stuck, Harry Karstens et leur équipe(1) . C’est un massif très étendu, entouré par de nombreux autres sommets de moindre altitude et parcouru d’immenses fleuves de glace. Une quinzaine d’itinéraires permettent son ascension. C’est un massif très étendu, entouré par de nombreux autres sommets de moindre altitude et parcouru d’immenses fleuves de glace. Ce mont est connu pour être l’un des sommets les plus difficiles au monde pour deux raisons : il est l’un des endroits les plus froids sur terre, le record enregistré en hiver est de -73°C, et le mal des montagnes y est particulièrement important car la latitude est très élevée à cet endroit du globe, ce qui abaisse d’autant plus la quantité de dioxygène dans l’air. Malgré ces conditions, des centaines de personnes se lancent chaque année à l’assaut du géant, bravant son imprévisible météo.

Je réalisais l’ascension du mont McKinley deux ans après avoir gravi l’Aconcagua. Comme j’avais pu le lire au cours de mes recherches, la difficulté technique était bien supérieure sur le sommet d’Amérique du nord que sur le ‘toit des Amériques

Nacer Ben Abdeljalil

Nacer effectua l’ascension du mont McKinley en 2007, avec une équipe de six alpinistes. L’expérience fut intense et très éprouvante physiquement, notamment sur le dernier passage, la crête sommitale qui précède le point le plus élevé du mont. Ce sommet reste encore aujourd’hui pour Nacer l’un des plus difficiles à atteindre, juste après l’Everest.



Il n'y a aucun commentaire

Ajoutez le vôtre